mardi 13 novembre 2007,
Hors sujet (ou presque) : petit voyage dans le temps.

Le précedent texte de mon fils Audoin m'en a rappellé un autre que notre terrien avait écrit en novembre 2001 à Murat; je vous le livre ici (avec son accord bien sûr!) :

"Je me souviens … d’un froid glacial !

Revenir ici, en cet ici, qui fut tantôt un chez-moi, quel bonheur, quelle merveille !
L’évolution personnelle que j’ai connue en un si court laps de temps m’amène à comprendre certaines choses, et notamment que les plus infimes bonheurs sont en fait bien souvent les plus grandes joies, les plus précieuses sans doute … Les seules qui sont réellement pures, d’ailleurs…
Je me souviens …

Je me souviens de ces hivers, où je baissais le chauffage de ma chambre … Le froid qui régnait alors dans la pièce exiguë me saisissait, jetait sur mon corps de longs frissons glacials…
À un moment, je me glissais dans mon lit, sous cette couette qui semblait glaciale, elle aussi. Je me resserrais alors sur moi-même, en contractant tous mes muscles, dans l’espoir vain de réchauffer plus rapidement ce lit. Et puis, je regardais par la fenêtre…

Je me souviens que souvent, ma chambre était inondée de la clarté à la fois si douce et si intense que me prêtait la lune. Je cherchais alors sur les murs, sur les objets, des formes, des personnages qui n’existent que la nuit. Puis, je trébuchais sur les premiers songes d’un sommeil précoce.

Je me souviens de la sensation d’un lit formidablement tiède au réveil. J’ouvrais les yeux, et puis … L’émerveillement total ! La fenêtre, une fenêtre de toit, était entièrement recouverte d’une couche de neige qui filtre la clarté du petit matin.
Je me souviens de mon sourire automatique de béatitude à cet instant.

Je me souviens aussi que je me levais d’un coup, et, directement, je me dirigeais vers la fenêtre que j’ouvrais, parfois avec grande difficulté, à cause du poids de la neige et de la résistance du gel.
Et là …
L’émerveillement total ! Le bonheur ultime ! Le sens de la vie !

Je me souviens du froid qui me saisissait instantanément, un froid qui pénètre partout, qui m’obligeait à souffler très fort, comme lorsqu’on prend une douche bien trop fraîche … ce que je voyais ! La beauté du monde, l’esthétique poussée à son paroxysme ! Tour à tour, je découvrais le grand lit blanc, les arbres qui ressemblaient à de majestueux squelettes blancs. Sur leurs branches, des millions de cristaux blancs s’étaient posé, les uns sur les autres, simplement. Une lumière parfaite. De temps à autre, un imperceptible souffle de vent dispersait quelques diamants blancs, provoquant un vol de paillettes qui étincelaient de mille feux, une fraction de seconde, avant de disparaître dans la masse du vide environnant. Je voyais le grand rocher de Bonnevie, qui semblait avoir été oublié là par un géant d’un autre monde, blanc de neige, gris de caillasse … Et les champs, les collines et montagnes ; à perte de vue du blanc, du blanc, du blanc ! Quelques minuscules flocons de neige retardataires passaient en dansant langoureusement sous mes yeux émerveillés, mais d’où venaient-ils ? Le ciel était d’un bleu absolu, d’une profondeur infinie.

Et toujours ce froid qui me fouettait le visage !

Mes oreilles se souviennent de l’acoustique singulière et unique que génère le manteau neigeux. Par moments, les piaillements légers d’un moineau égaré perçaient le lourd silence. Je me souviens m’être souvent demandé si ces cris étaient une plainte, ou bien si, comme moi, le piaf s’émerveillait de tant de splendeur … Je ne sais pas. De temps à autre, l’aboiement d’un chien tout proche. Cet aboiement ne raisonnait pas ; car le son était capté, puis avalé par la neige. Même le bruit des moteurs de quelques rares voitures qui passaient au ralenti sur la petite route non encore dégagée m’atteignait tel un ronronnement délicat …

Je me souviens de l’ultime sensation de ces moments extraordinaires. Délicatement, j’approchais les mains de la surface blanche du toit. Je posais alors lentement, le plus lentement possible, les mains sur la neige. Je me souviens qu’à l’instant précis du contact, je ressentais sur la paume chaque grain de neige. Un infime picotement, des aiguilles de froid, distinctement ressenties. La neige est une matière tellement douce, accueillante … Alors, j’enfonçais les deux mains aussi profondément que possible dans cette neige, et le froid, d’un coup, soudainement et brutalement rendait insensible toute une partie de mes deux bras. Je serrais les poings, et ressortais ainsi une boule-de-neige. Je serrais plus intensément, de toutes mes forces, pour entendre le crissement de la neige ; musique si merveilleuse dans le silence le plus total. Un instant après, je jetais à terre les deux boules ainsi formées.

Je me souviens qu’à un certain moment, lorsque j’avais contemplé tout ce qui pouvait l’être, le froid me ramenait à la réalité …. Alors je rentrais, fermant la fenêtre, et me replongeais de nouveau sous la couette ….
Je me souviens que le lit était encore tiède …
Je me souviens que parfois, je me rendormais."


Audoin , novembre 2001 à Murat -




He remembered....

16:22, mercredi 14 novembre 2007 .. Publié par fatihette
humm...interressant cette aparté...en faite je reste perplexe...je me demande ce qui a bien pu se passer ce soir là à murat pour que tu sois si inspiré en adjectifs descriptifs.... A moins que tu avais juste froid et que voilà...je cherche compliqué là où l'on devrait simplement lire "l'impression d'un sentiment a un moment donné"
bien....nothing to add.

{ Page précédente } { Page 4 sur 51 } { Page suivante }





en chantier...

Derniers articles

solitudes transibérinnes hors du temps
La mongolie, c'est... D'la poesie !!
Grand froid, me voilà !!!!
Hors sujet (ou presque) : petit voyage dans le temps.
Bienvenue à Ulaanbaatar, Mongolie. La température extérieure est actuellement de -12 degrés, le soleil vient de se coucher et on devrait atteindre les -25 d'ici une heure ou deux. Wouahou !! Vivifiant
J'enfile trois ou quatre pulls, et c'est parti pour la Mongolie... Youpi !!!
Trust me it's hard to leave the Ucool Hostel, Shanghai...
A tale of three (huge) cities in eastern asia PEKIN - HONG-KONG - SHANGHAI
Le train du toit du monde (bis - pour de vrai)
Soit dit en passant (du côté de Shanghaï, China)
Lhasa
Lhasa - Pekin : 4500 km à bord du T28 le train du toit du monde
Huge landslides on the Katmandu to Lhasa route
Un second depart...
Aventure au Nepal part two : Hiking in the God's gardens
Aventures au Népal part one : cycling in Boudhism mood
KATMANDU !!
Varanassi, bout pasend e... Challo Katmandu, kio nai ?
Great Indian desert
Un ptit coucou de New Delhi
Pélerinage - paisa - ...
Ce n'est qu'un au revoir...
LOST IN MYSTIC KALASHA TIME...
Trecks and road-trip in northern areas
Comme un rêve de gamin II...
Toujours au Regale, mais plus pour très longtemps...
EN VACANCES (pour quelques jours) AU REGALE INTERNET INN HOTEL, LAHORE (!)
From the Regale internet Inn Hotel, Lahore
BALOUCHISTAN EXPRESS
Un p'tit coucou planqué de Zahedan...
De la part de MonPapa! From my father !
From Shiraz to Zahedan (Part1/2)
Comme sur des roulettes ! To go like clockwork !
1386 l'annee du rire et de la bonne humeur perse !
Norooze J - 3
Fire jumping, fireworks and funny molotov cocktails
Extreme Tehran !
Premier pas en Iran : meet people in Tabriz
Far-east Turkey
DOGU EKSPRESI, porte moi loin d'ankara !
Ankara : Premieres ımpressions (a chaud)
Jour-blanc sur Erciyes Dagi;
Full tourism day in Cappadocia...
Dernière nuit a Istanbul
Flaneries Istanbuliennes
Good Bye Bulgaria, cocasseries ferroviaires, Hi Istanbul...
On the road again...
Aie, aie, aie...
Bansko ski resort in Bulgaria
C'est parti !
avant le départ : Les enfants de Don Quichotte

Menu

sublastart ! (Salut les potes !)
Les enfants de don quichotte
ABM : l'asso des globe-trotteurs
Les fermes bio worldwide : WWOOF
Votre empreinte ecologique
Hotels bon marche worldwide
Conseils de la diplomatie francaise
LE foum du voyage (francophone)
Hospitalıty Club
SOYEZ JOZé BOVé !!
Rencontres a Istanbul : ce couple fait le tour du monde a velo tour.tk
Waterworldwide : Le site d'adrien le french routard
Le blog de mon pote Yann a Auroville


Newsletter

Saisissez votre adresse email