vendredi 30 novembre 2007, Désert de Gobi
La mongolie, c'est... D'la poesie !!

ENCART IMPORTANT : Vous vous souvenez certainement de Max, nous parcourions jadis les routes d'Índe et les sentiers du Nepal sous un soleil de plomb puis sous une pluie battante... Vous vous rappellerez sans doute aussi que le Max ne sort jamais de sa taniere sans son antique et immortel Nikon F1. Et bien figurez-vous que Monsieur Max a une galerie photos sur le web, presentant les hauts lieux de son voyage... Dernier pays en date : Le bengladesh, et croyez-moi mes amis, les photos sont... Indescriptibles ! Le talent transpire des cliches, j'en suis jaloux... Pour les VRAIS amateurs de photos d'art, rendez-vous à ne manquer sous aucun pretexte, emotions visuelles garanties !! En plus, y a même une galerie entierement consacrée à .... Moi, moi, moi! Cliquez immediatement sur le lien ci-après : http://maxontheroad.canalblog.com

 

Contrairement à cet article qui est sans prétention.

Angoisse de la page blanche.

D'habitude, ça se passe comme ça. Soit, j'ai pris des notes, mais qui sont bien trop volumineuses pour être transformées en article, au moins ai-je en tête les idees principales au moment de la rédaction. Soit, je n'en ai pas pris, je n'y pense guère et soudain ça fait FLASH sous mon crâne, me dirige tel un somnambule vers un Internet cafe, et j'observe, amusé, mes doigts pianoter sur les touches en plastoc (ben oui, parce que je sais toujours pas taper sans regarder le clavier...), sans trop y penser, et hop ! y'a un article au bout de quelques heures. Mais aujourd'hui, c'est different. J'ai failli vous dire que "ça ne venait pas", et que donc, pas d'article. Mais j'aurais ainsi failli à tous mes devoirs de voyageur-blogueur, rôle que je me suis moi-même donné sans pression exterieure à proprement parler. Parce qu'il n'y a pas de flash... Peut-être que mon esprit est trop tourné vers le futur (remarquez, il vaut mieux ça que de s'enfouir dans les souvenirs), ou qu'à force d'écrire beaucoup, comme tous les gens qui écrivent beaucoup, il y a des moments avec et des moments sans. Remarquez, c'est pas que je me prends pour un ecrivain, loin s'en faut. Pour moi c'est plutôt un jeu, j'ecris sans prétention, d'habitude j'y prends du plaisir. Le temps me manque, peut-être le FLASH viendrait-il, alors serais-je dans le transsiberien et je ne crois pas qu'il y ait d'internet-wagon à bord du train le plus fameux du monde.... Donc, je vais me forcer à écrire, essayer d'aller à l'essentiel, sachant, d'après les commentaires laissés sur le précèdent article, que certains d'entre vous attendent, presque avec impatience, de recevoir mes impressions sur la Mongolie... Alors tréve de blablabla, let's go ! Mais c'est bien pour vous faire plaisir, et je doute quelque peu du rendement de ma verve poetique forcée... Au moins la forme sera-t-elle originale !

Et à part ça, il y a quand même cent photos dans la galerie, pas d'angoisse du film blanc (quoi qu'avec le numérique je devrais dire de la carte memoire vierge beurk! )

Sein beinluu, mes amis !

Et bien me voilà revenu, plus vivant que jamais, de cette expedition de 12 jours au sein d'une équipe internationale composée de 8 membres à rider les immensités glaciales de l'automne mongole à bord d'un van tout-terrain nommé Wat, plus soviétique que Lenine lui-mëme....

Commencons par les présentations, comme il se doit. ci-dessous : LA TEAM !

Dans notre Watz, il y a...

Le couple de jeunes mariés international, Andy et Stephy, lui English, elle new-zelandaise, fort bien assortis physiquement, qui sont actuellement en Honey-moon, un voyage "all by train" depuis Shanghai jusqu'à, pour passer Christmas en famille...

Les deux copains suédois, j'ai nommé Daniel, photographe professionnel de 27 ans qui n'en est pas a son premier voyage, et Martin, 23 ans, qui lui par contre en est.

Le couple francofrancais (et même de Cannes), avec Lucie, 28 ans, agregee de lettres classique, enseignante en francais-latin-grec et très bientôt docteur-es-lettres classiques, et son compagnon Alex, sensiblement le même age, exerçant la très noble profession d'ostéopathe

Notre chauffeur et ami mongole Mishca, la quarantaine bien tassée, le berrêt toujours bien enfoncé sur les oreilles, ayant acquis avec bravoure et justesse le gratifiant surnom de "best driver in the world", capable d'apréhender d'un seul coup d'oeil si la glace qui recouvre une riviére à traverser est suffisamment épaisse pour supporter le van et ses occupants, capable de se repérer au milieu d'un désert parfaitement plat, sans route, sans carte, sans boussole (mais peut-être a t-il été l'objet d'une expérience génètique sovietique consistant à greffer un GPS au cerveau humain, qui sait ??), capable de vous changer une roue en pleine tempete de neige et sans gants, ancien champion de lutte et polyglotte pragmatique -vocabulaire anglais : Drive, sleep, hot, cold, eat, goat, you good?, good morning/night!, yes/no, problem ?, need oil, snow, shop next village, shower, horse/camel riding, fire OK?, look !, et tous les nombres- ce qui, finalement s'avére tout à fait suffisant pour couvrir toutes les activités disponibles en Mongolie.

(il a la plus grande photo, et c'est bien normal : respect des anciens oblige.)

Et, of course, un certain terrien among the earthly qu'on ne présente plus, tout du moins sur cette page...

LE DEPART

Un dernier arrêt à l'épicerie, on laisse derrière nous les quatre énormes et dégoûtantes cheminées des centrales thermiques soviétiques alimentant en énergie UB, qui crachent leur venin dans notre précieuse atmosphère. Vingt minutes de route, et puis, justement, c'est la fin de la route, juste quelques traces dans la terre sableuse. A notre passage, des oiseaux s'envolent, des chevaux sauvages (les derniers de toute la planète, oui, oui) s'enfuient au triple galop. On voit, de temps en temps, au loin, une traînée de poussière qui monte vers le ciel. Ce peut être un troupeau de ces chevaux, ou bien un camion qui parcoure la steppe.

Au bout de quelques heures, nous rencontrons les premiers signes de vie depuis que nous avons laissé la ville, à savoir deux ger. (once and for all, les gers ,ce sont ces tentes rondes et blanches caractéristiques que l'on appelle yourtes en français, mais pourquoi ?? Dans toutes les langues ainsi qu'en mongol, ça s'appelle ger, donc...) A l'intérieur, vit une famille de nomades, connaissance de Michka apparemment, la maman nous prépare le déjeuner et nous serre le thé au lait beurre salé (que tous n'apprécient pas, par exemple les deux jeunes mariés et les suédois pour qui ce sera la première et dernière tasse. Enfin nous y reviendrons), pendant que Daniel mitraille au Nikon les deux petites jumelles marantes.


Et puis, on repart, en bagnole, jusqu'à la nuit. J'ai de la chance, pour cette premiere journée, parce que je suis devant dans la bagnole, ainsi ai-je tout le loisir d'observer cette oeuvre d'art qu'est le ciel perpétuellement changeant de Mongolie.

DANS LA BAGNOLE

On va y passer du temps, dans ce van soviétique répondant au doux nom de Watz. At least cinq heures par jour...Je dois dire que c'est un véhicule d'une excellente constitution, à la mécanique simple (il le faut pour changer les pièces qui sont mises à rude épreuve). Les incidents techniques sont plutôt rares, on ne crève que deux fois, et une fois il faut s'occuper du filtre à air, parce qu'on traverse une tempête de sable ET de neige, ce qui, à ma connaissance, constitue une exclusivité mongolienne...


Une autre fois, il me semble surprendre notre chauffeur, de bon matin, en train de changer un bout de durite quelque part sous le châssis. D'après Bobby, organisatrice du tour, on crève en moyenne deux à trois fois par semaine en Mongolie lors d'un tel raid, mais étant donné que nous nous trouvons sous la protection active du Dalai-lama...


Le premier jour, je me crois chanceux, parce que je suis sur le siège avant, à côté de Michka, mon héros mongole, tandis que sur la première banquette ils sont trois, alors que celle-ci est prévue pour deux... Je dis - je me crois chanceux - parce que j'imagine bêtement que la disposition est établie pour les douze jours à venir, ce qui n'est pas du goût d'Andy qui fait voter un roulement dès le deuxième matin, adopté a l'unanimité moins une voix, et une abstention (Michka qui n'a pas trop compris la question).

Ca secoue pas mal dans la voiture, surtout qu'il n'y a jamais de route, et que Michka, bien que visiblement maîtrisant parfaitement son véhicule, se prenne pour le champion du monde en titre des rallyes, ce qui fait que de temps en temps on se chope quelques bosses, signes d'erreurs d'inattentions ; il y a des fois où il ne faut pas perdre de vue les aspérités à venir du terrain... Évidemment, impossible de dormir, lire ou écrire, heureusement pas de chanter ou de jouer de la guimbarde, lorsque le poste soviétique ne diffuse pas l'une des deux cassettes qu'a emportée Michka (ce qui est rare). J'aime assez les chants mongols, d'ailleurs maintenant je connais deux cassettes par coeur, je vous chanterai ça à l'occasion...

SENS DE L'ORIENTATION

Il y a quelque chose de magique, dans cette ballade, c'est la manière dont Michka se repère, sans carte, ni boussole, je ne parle même pas de quelque dispositif plus moderne. Serait-ce dû aux reliefs ? Mais alors, quand le paysage est parfaitement plat jusqu’à l'horizon ?? Peut-être le cheval ne bouge t-il JAMAIS ??


Parfois, nous suivons une piste, ou plus exactement deux ornières formées par le passage "fréquent" de véhicules (on a bien dû en voir 25 en douze jours) , puis nous virons brusquement à gauche, on roule dans les steppes pendant quelques heures, et puis hop ! on rejoint une autre trace et quelques minutes plus tard nous atteignons un campement de nomades ! C'est pas magique, ça ? Alex propose que ce pourrait être fonction de la position du soleil, affirmation qui tombera d'elle-même, ce jour où nous évoluerons pendant des heures dans une tempête de sable ET de neige, la lumière du soleil ne perçant que bien faiblement l'épaisse couverture de nuages...

D'ailleurs, ce jour-là, il y a vraiment eu 2 miracles... Je pense que, pour le coup on était perdus, et qu'on tournait en rond depuis un petit moment. Soudain, le TELEPHONE PORTABLE sonne (premier miracle), ça fait blablabla, blablabla, puis Michka raccroche, tire à gauche, roule exactement tout droit, et au bout d'une petite demi-heure, on arrive au camp !! Qu'est ce qu'a bien pu lui dire son interlocuteur pour le mettre sur la voie ?? Tu tournes à gauche après le gros flocon ?? Anyway...

DESERT HUMAIN...

En moyenne, on doit croiser un ger ou un campement trois ou quatre fois par jour, un village ou une petite ville every couple of day, ça fait pas grand monde... Remarquez, on s'y attendait, vu qu'il y a un million de people sur un bout de terre grand comme quatre fois la France... Mais à ce point, c'est surprenant... Et reposant ! Plusieurs fois, nous pouvons observer un berger, à cheval ou à moto, ou même à dos de yak ou de vache, essayer de resserrer les rangs de ses chèvres qui s'étalent dans l'immensité... Mais, à des centaines de kilomètres à la ronde, il n'y a RIEN ! Comment vivent ces gens ?
Malheureusement, la forme de mon excursion en Mongolie ne m'a guère permis de le leur demander, lors de mon prochain voyage, j'achèterai un canasson, plus facile pour approcher les nomades, je vous raconterai...

Et puis, il y a les "villes"... Le plus souvent, des villes d'habitations circulaires en toile et peaux de chèvres, entourées par une palissade rectangulaire. Parfois quelques maisonnettes de bois, et, exceptionnellement, quelques vrais bâtiments en dur. La encore, on comprend que les habitants de ces "villes" vivent de... pas grand-chose, à vrai dire.
Les agglomérations ne sont même pas reliées par la route, et les quelques camions qui les ravitaillent en produits d'importance vitale (essence, vodka, riz, dans cet ordre) vont, sur des pistes, se repérant à la manière de Michka, c’est-à-dire bien mystérieusement. Les magasins sont à peu prés vides, mais ne manquent jamais, au grand jamais de vodka, et encore disposent de plusieurs marques différentes ! Au moins les villes sont pourvues en électricité, ça aussi ça a l'air magique...

LE FROID !!!

Ben ouais, en Mongolie il fait froid, ça c'est pas une nouveauté... À vrai dire, je pensais quand même avoir plus froid que ça, surtout en cette saison. Enfin, il paraît que c'est une bonne année, Néanmoins, il y a quand même des moments où on sent un peu la fraîcheur. D'abord, parce que je dors dans un sac de couchage -30 deg. Ca semble paradoxal, mais voilà l'explication. Lorsqu'on se couche, le poêle de la yourte est chauffe à bloc, impossible de dormir dans un sac -30 étant donné qu'il fait au moins +45, souvenir du Pakistan... Donc, je le laisse ouvert et le pose simplement sur mon corps. Et puis, sur les coups des deux heures du matin, je me réveille (de froid), torse nu, et là, là, il fait vraiment, vraiment froid... Je me dépêche de refermer mon sac avant de congeler complètement, et me rendors bien tranquillement dans mes plumes de canard...

Le froid, on le sent aussi un peu quand il y a du vent, ou quand il neige. En fait, la température ne descend pas vraiment, il fait toujours dans les -20, mais ressenti ça fait aux alentours de -35. Moi, vous me connaissez ? Le froid, j'aime ça. Cela ne m'a jamais empêché de prendre mon pique-nique à l'extérieur du camion au lunch-time, par contre j'étais le seul dehors. Une fois ça m'a permis de rencontrer un berger, celui que vous verrez assis en tailleur dans la galerie photo sérieuse... On a partagé cigarettes, casse-croûte et thé ! Enfin... Pas vraiment partagé puisque il n'avait pas grand chose à offrir le bougre, à part une chèvre peut-être, mais y'avait pas trop la place dans le coffre de la bagnole (encore que, à noter que les deux derniers jours on avait un yak mort dans le coffre, j'ai pas trop compris pourquoi mais Michka, lui, le savait, ça ne fait aucun doute).

Et puis, il y a eu ce fameux matin... Pour une fois, Daniel le photographe n'a pas la flemme de se lever le premier pour saisir les premières lueurs du jour. Le plus souvent les suédois sont les derniers levés, mais pas cette fois. Au bout de 1min14sec il rentre, en pleurant, et se tenant le visage dans les mains... Que se passe t'il ? Il fait FROID, con! Cool... Je saute hors de mon duvet canard, m'habille avec TOUS mes vêtements, Alex fait de même, et je pars a l'assaut. Il y a, à cinq cent mètres de notre camp, des chutes d'eau dans un canyon, voilà le but de ma petite promenade matinale. A première vue, il ne fait pas si froid que ça. Mais, au bout d'une minute, effectivement, je commence à ressentir le truc. Oh, je suis bien habillé, donc je n'ai absolument pas froid au niveau du corps, ni plus qu'aux pieds et aux mains. Mais le visage... Il y a une espèce de petit courant d'air insipide, ça brûle le visage, sensation jusqu'alors inconnue pour moi, même au ski. A vrai dire, même, ça ressemble plus à Lahore qu'au ski, ça brûle ! Et puis, au bout d'une minute de plus, je me rends compte que je ne vois plus très bien. Vous savez pourquoi ? les larmes qui s'échappent de mes yeux à cause de ce petit courant d'air GELANT !! de même que... La morve a l'INTERIEUR de mon nez... Je n'ose plus toucher mes narines, j'ai vraiment l'impression que la chair va se briser, ça fait un peu peur... Et toujours cette brûlure intense aux joues et au front... Au bout de quatre minutes 27, j'ai ma dose, le froid n'a plus grand chose d'agréable, c'est douloureux et ça a l'air dangereux à termes. Je rentre à la ger, bien au chaud. Je n'ai aucune idée de la température qu'il a pu faire ce matin-là, mon thermomètre étant cassé depuis Lahore (surchauffe !). Mais je compris ce qu'était vraiment le froid. Je suis en pleine interrogation sur « comment les bêtes peuvent-elles résister à de telles températures, si elles se prolongent un peu ? » . J'ai eu la réponse un peu plus tard ; il y a deux ans, il a fait -50 pendant plus d'une semaine, et dans les régions touchées, 90% des animaux sont morts. Yacks, chèvres, moutons, chevaux, sans parler des animaux sauvages. Une tragédie pour les bergers.

LA DIVERSITE DES MILIEUX

Bof, pour cela pas besoin de vous faire un récit, je vais juste vous coller ensemble les photos qui vont bien. Je signale juste que, comme vous pouvez le constater dans la section du site intitulé "catch me", qui contient les cartes des lieux que je traverse, nous n'avons parcouru, au final, qu'une toute petite partie du territoire Mongol, excluant la haute montagne, les grandes forêts, les grandes prairies verdoyantes. Voyez-vous, je ne me suis guère ennuyé dans la voiture, simplement à observer cette diversité dans les vues, spectacle que la Sainte Nature offrit à mes yeux (ébahis, écarquilles, incrédules, au choix.). Et pourtant, nous avons passé le plus clair de notre temps à bord du Watz!



L'HEBERGEMENT (EN GERS)

Nous passons chacune des 11 nuits du petit tour en ger, ces fameuses tentes symboles de la Mongolie et de la vie de nomades.
J'imaginais que les gers, c'était superbement isolé, assez peu décoré, en fait c'est pas SI isolé, et ça peut, par contre, être fort bien décoré avec tout plein de petits motifs, bouddhistes pour la plupart. La toile extérieure est en feutre, ensuite vient l'isolation en fourrure de moutons, yak, ou tout ce qui se trouve disponible, puis des tentures pour l'aspect intérieur. Il y a toujours, en plein milieu, un poêle à bois dans lequel on fait cramer... du bois, ou encore du charbon, ou de la bouse de chameau (plus efficace et plus ecofriendly que les autres méthodes). Le poêle sert aussi de cuisinière dans les gers familiales (par opposition à d’autres que nous fréquentons qui sont des gers à "hôtes" - je dirais, de nos jours, à touristes. Dans la ger, deux aspects. D'abord, on se crame la couenne la première partie de la nuit, quand le poêle chauffe à bloc, puis on se les caille à mort quand le feu se meurt (parce que nos chers hôtes ne nous ont pas fourni suffisamment de bouse de chameau), la deuxième partie de nuit. Ca, c'est dans le cas des gers sensiblement bien isolées.
Dans les autres qui le sont moins, et bien... La première partie de nuit on a chaud côté pile (celui tourné vers le feu au centre) et on se caille du côté tourné vers l'extérieur, et puis, en deuxième partie de nuit, on a VRAIMENT très froid, cote pile et face. À vrai dire, moi j'ai pas eu froid dans mon duvet super-mega-haute-technologie en poils (plumes ?) de canard, mais je parle de témoignages de ceux qui n'avait pas ma chance.... en général, les gers mal isolées ne sont pas fermées en leur sommet.


Les structures qui nous hébergent, maintenant.
Soit on est perdus au milieu de la pampa, soit dans ces villes de gers que je vous ai décrites plus haut. Dans la pampa, nous atterrissons de temps en temps chez de vrais nomades, qui ont une tente à disposition des invités, voilà une manière de se faire un revenu complémentaire. Dans ce cas, nous ne sommes pas attendus, Michka connaît simplement les endroits où les familles s'installent habituellement. Ces bergers vivent encore une vie traditionnelle, bien que le "revenu complémentaire" conditionne fortement leur mode de vie, et les fait se quasi-sédentariser, avec un camp d'été et un d'hiver. Le prix de la nuit pour les invités (comprenez « touristes ») est de 4000 tugrugs, dîner et petit dej compris, c'est à dire... 2.5 euros. Ce qui rend la chose très bon marché, mais qui représente un bon paquet de sous pour les nomades, habitués à vivre avec bien peu de monnaie. Pour un groupe de 7 personnes, voilà 28 000 tg qui tombent en une seule fois, un bon paquet. Deuxième possibilité, quand nous passons la nuit hors des villes (la plupart du temps, en fait) : la ger se trouve dans un "tourist camp" encore appelé "desert resort" Heureusement, les touristes hivernaux ne se bousculent pas en Mongolie, et ces resorts sont absolument déserts lorsque nous les fréquentons. Mais l'emplacement des gers qui s'y trouve en été sont encore visibles sur le sol, parfois quarante au bas mot, soit une 250 aine d'occidentaux entassés là, autant dire que j'aurais détesté cet endroit à la saison chaude. Et même en hiver, je trouve que ce n'est pas la panacée, l'accueil est strictement impersonnel, le contact humain pour ainsi dire nul. Et puis, dans les villes, c'est aussi assez intéressant... je ne pense pas que les enclos puissent comporter plus de gers en été, et j'imagine que les tentes pour invités doivent également servir aux routiers, ou à quelque colporteur de passage. Le confort est un poêle moins sommaire, c'est à dire... qu'il y a... la lumière électrique ! Par contre les latrines sont toujours composées d'une paire de planches jetées au dessus d'une fosse, le tout recouvert d'une cabane en bois. Les latrines à l'odeur nauséabonde (et encore : on est en hiver !), et puis les repas, voilà ce qui constitue la constante en Mongolie, au milieu de ce décor qui tous les jours change au travers des fenêtres du Watz

LA BOUSTIFAILLE

Difficile de savoir si les "mets" que l'on nous propose sont aussi ce que mangent les locaux, tout au moins à cette fréquence; toujours est-il que je me permets d'en douter, car je pense que le plat unique est assez nocif pour la santé, alors que les bergers que nous rencontrons ont l'air d'être de solides gaillards. Au menu : quelques morceaux de viande de chèvre, jetés soit dans une soupe de nouddles (spagetthis à la mode chinoise), soit dans un bol de riz blanc. De temps en temps, quelques légumes : carottes et choux. Bof, ça a dû arriver une paire de fois grand maximum. Et puis il y a le thé au lait salé beurre à volonté, pour les amateurs...On m'avait promis l'horreur ultime en matière de goût, avec le lait de jument, et bien soit je n'en ai pas goûté, soit je n'ai pas spécialement trouvé ça mauvais. Donc, souvent, pour "varier les plaisirs, on préfère se faire notre petite popote pour le lunch, avec les victuailles que l'on trouve dans les shops. Le choix dans les magasins est énorme... en ce qui concerne les variétés de vodka ! Pour le reste, c'est tout de suite un peu plus limité, mais je ne suis pas venu en Mongolie pour jouer les fines bouches. Donc, en ce qui me concerne, une boite de sardines, plus le merveilleux sandwich présenté ci-dessous me conviennent parfaitement !

Bon, ben voilà, je sais bien que sur le fond je ne me suis pas surpassé, encore que ça aurait pu être pire parce que j'avais vraiment pas d'inspiration.... Au moins aie-je tenté, pour compenser un brin, de faire un effort sur la forme, l'aurez-vous remarqué ? C'est vivant, y'a des images AU MILIEU du texte, pour une fois ! Je suis sûr que ça plaira à mes trois petites soeurs...

Vous savez quoi ??

Demain, je prends le train... Destination : Moscou ! Je vais remonter dans le temps. Cinq fuseaux horaires en cinq jours. Et puis je passerai trois jours à Moscou, et il me faudra trouver un moyen de quitter rapidement la Russie (à vrai dire il me restera que trois jours de visa) pour, après 11 mois passés à vivre à ma fantaisie, revenir en France, retrouver ma chère famille et mes chers amis, mes petites habitudes, auxquelles hopefully viendront s'en ajouter d'autres. Et puis, des rêves plein la tête, des souvenirs et cette irrésistible envie de repartir à l'assaut du monde, toujours sans avion, c'est tellement plus joli... d'ici quelques années, le temps de sauver quelques dizaines de milliers d'euros, pour parler gros sous... Aller, puisque vous avez été on ne peut plus gentils avec moi, je vous dévoile, en avant première, le projet de mon prochain voyage. Terrain de jeux : le MONDE ! YOUPI !! Sur cinq ou six ans, parce qu'une année, croyez-moi, c'est bien court...

Je cherche d'ores et déjà des partenaires pour m'accompagner, sur au moins une partie de ce voyage là, avis aux amateurs(TRICES). ... Qui m'aime me suive ! (flûte, j'ai tracé le truc rouge un peu vite, et au passage oublié le Chili et sa cordillère, et plein d'autres trucs...)


Ah!ah ! J'entends d'ici ceux qui ricanent, me trouvent prétentieux, ou autre. Heureusement, que avant de partir pour ce premier voyage, je n'ai pas écouté ceux qui ricanaient ! C'est un peu comme une promesse que je me suis faite, c'est ce pourquoi je vais travailler les années à venir : préparer cet ultime voyage tout autour du monde, toujours sans décoller les pieds du sol !!

Trêve de quasi-plaisanteries... Si je vous livre une telle carte, c'est parce que ce que vous êtes en train de lire est certainement le tout dernier article que j'écris pour "unterriensurterre" (en tout cas pour ce voyage) hors des frontières de la France. Sans doute vous mettrais-je quelques photos de Moscou, mais je ne pense pas vous écrire encore. A vrai dire, cela pour trois raisons : La première, c'est que techniquement cela va être difficile, vu que je vais pas arrêter de trottiner pour ces vingt jours à venir, histoire d'être à l'heure au rendez-vous familial de Noël. La seconde, et bien comme je vous le disais je ne trouve plus l'inspiration, c'est un peu con à dire comme ça mais c'est une réalité. La troisième, et bien j'ai envie de profiter de cette dernière quinzaine rien que pour moi, égoïstement, je sais que ça va être pour le moins "spécial", étant donné que je suis dans l'impro totale, que je vais faire du "Hospitality club", sans doute du stop, même...

C'est pas TOUT A FAIT fini....

Il me reste un dernier truc à vous dire, avant de vous dire au revoir pour un bon, bon bout de temps, au moins pour certains d'entre vous. Un terrien sur terre, c'est pas tout à fait fini... J'ai souvent dit "je vous promets", et par la suite, à cause de difficultés techniques, ou diplomatiques, ou pudiques, ou autres, j'ai rien dit du tout ... Et bien sachez que je le ferai ! Voilà bien une promesse que j'ai envie de tenir. Il manque pas mal de trucs, je peux vous les citer : La deuxième quinzaine en Iran, le Baloutchistan express, le séjour en Kalash vallée, le séjour chez Ballak Das le Sadhu de Rishikesh, Katmandu mon Amour, toute la Chine, et maintenant... le retour vers l'Est que j'amorce demain.
Et encore, je ne vous parle pas, au point de vue pictural, de TOUTES mes photos argentiques du Pakistan qui m'attendent bien au chaud à Pantruche, celles en Noir et blanc du Tibet qui sont encore sous forme de rouleaux, et enfin celles que je n'ai pas encore prises, mais qui seront en carte-memoire (berk...) d'ici les quinze jours à venir. Et puis aussi cet album de Paris que je ferai, avec mon regard de parisien d'adoption, doublé de celui du voyageur, dernière étape sur ma route avant l'arrivée au pays, autours du 24 décembre : Murat, cantal-auvergne. Peut-être qu'après-coup, cela ne vous intéresse plus du tout, que vous me suiviez un peu comme on suit les "artistes" de TV-merdalité et que mes articles "à posteriori" ne vous toucheront pas... Boaf, j'y crois pas trop. Surtout que les souvenirs embellissent tout, et q'ainsi le souvenir de ces best-of moments seront du domaine du quasi-fantastique... Donc, pour rendre la suite plus commode, j'ajoute, dans la partie droite de la page, tout en haut, une petite fenêtre appellée "news-letter", cela pour vous permettre, à l'avenir, d'être averti quand il y aura du nouveau sur le site. Si ça vous intéresse, bien sûr ! Pour sûr, je prendrai beaucoup de plaisir à broder ces souvenirs... Puissiez-vous avoir du plaisir à les lire !

MERCI !!

Me reste alors à vous dire au revoir, et surtout un grand MERCI pour votre soutien. Je vois qu'il y a eu plus de dix mille lecteurs d'un terrien sur terre, je n'en attendais pas tant ! Je me doute que ma famille inquiète y est pour quelque chose, mais anyway... Mon aventure fut passionnante, et la communication que j'ai entretenue avec vous, à travers ce blog y est pour quelque chose. Pour ceux qui ne l'ont pas encore fait, il est grand temps de signer le "guestbook" (livre d'or, pour les allergiques chroniques à l'anglais!), non ??

Et surtout... Ne vous inquiétez pas pour moi ! Je veux dire... Je me rends bien compte que le ton de cette page est un chouilla nostalgico (on va dire gris clair, quoi), parce que j'ai l'impression de dire au revoir à des amis chers, de tourner une page. Mais je ne suis ni triste, ni nostalgique, bien au contraire, j'ai le moral gonflé à bloc, empli d'une énergie nouvelle,et persuadé de l'intérêt de la connaissance de soi et du reste du monde, et SURTOUT de l'intérêt de ne jamais cesser de chercher la voie du bonheur...
Le but de la vie c'est d'être heureux !! Vous savez, mon voeu le plus cher est que la lecture de ces pages vous ai donné envie à VOUS, aussi, de faire le grand saut... Partir le sac au dos, partir pour de vrai en ne comptant que sur ses petites épaules, se laisser guider par la route et par les rencontres, écouter son coeur et ne pas brûler d'étape. Comme vous avez pu le constater au travers de mes écrits il n'y a rien de bien difficile là-dedans, il suffit de se lancer, et de récolter les fruits du plaisir et du bonheur de la découverte....

Je vous aime ! Puisse chacun d'entre vous trouver la sagesse, la paix et la sérénité qui montrent la voie du bonheur... Bayarlaa !!

AUDOIN-SIMPLE-TERRIEN

YOUPIIIIIIIII !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

PS : N'oubliez pas D"EVITER DE PRENDRE L'AVION autant que possible... On ne changera pas le monde, la machine est trop bien huilée dorénavant, la seule révolution possible est donc celle toute personnelle, ne vous en privez pas !



Qu'allons-nous devenir, nous les accrs du blog?

23:59, mardi 4 décembre 2007 .. Publié par Anonymous
Bien- le style photos commentées, on a encore un peu plus l'impression d' y être et on voudrait bien que tu continues encore quelques articles dans ce nouveau style.
Bon, bien sûr, bien au chaud dans son fauteuil ce n'est pas pareil mais ça fait du bien aux yeux quand même.
Un grand merci à toi le terrien pour nous avoir fait partager tous ces moments, pour avoir fait cet effort de ne pas nous abandonner en route et de rester fidèle à ton blog.
Pourquoi ne pas continuer à écrire, à nous raconter des anecdotes qui vont te revenir ?
Et puis, l'aventure continue, l'aventure il y en a partout où l'on a envie de la trouver, tu ne vas quand même pas nous laisser tomber comme ça???


Merci Audoin

12:00, jeudi 6 décembre 2007 .. Publié par Sol
Quel beau dernier article en direct de ton voyage ! C'est vrai que les photos dans le texte rendent tes aventures plus proches de nous, et malgré ton problème de page blanche, tu t'en es pas mal sorti ! ;-P
Profite bien de la fin de ton voyage (momentanée, si j'ai bien compris, car "la vie est un voyage" (ça a l'air un peu niais comme ça mais c'est bien vrai !), et que tu penses déjà à ton prochain périple hors de notre "douce France").
La lecture palpitante de ton blog me manquera, c'est sûr, mais j'aurais la chance de t'entendre en personne parler de ton voyage et de comprendre tout ce que ça t'a apporté. En espérant que ça ne te rende pas trop nostalgique quand même !
See you in Murat !!!

Théorie

18:23, jeudi 6 décembre 2007 .. Publié par Anonymous
"Demain, je prends le train... Destination : Moscou ! Je vais remonter dans le temps. 5 fuseaux horaires en 5 jours.".
Ca me rapelle une certaine théorie établie dans la cour de la Jordanne :P -> Pour voyager dans le temps : remonter les fuseaux horaires suffisamment vite !

Sinon, bonne continuation à toi !

Commentaire sans titre

13:36, dimanche 9 décembre 2007 .. Publié par Babs
Très bel article de ta part. Ce blog m'aura apporté autant de réponses que de questions sur le monde qui nous entoure, et j'accroche dores et déjà ton second projet. Il n'est pas encore l'heure de t'encourager à repartir, je te souhaite de profiter de ta famille, tes amis et du territoire français avec toute ta nouvelle expérience. Régale-toi bien de ton trajet "retour", et à très bientôt j'espère !

deux...retour.....

14:54, jeudi 13 décembre 2007 .. Publié par fatihette
Holla cher ami,

me voila de retour dans ma petite france avec ma petite vie bien tranquillou...apres avoir vécu 23 jours dans un pays où les regles de vie sont totalement differentes. Pendant ce voyage , j'ai eu quelques pensée pour toi...toi en mongolie au froid et moi en inde avec des indiens!!!!!
Mon trip je l'ai adore...j'ai vecu en 3 semaines pleins de choses...j'ai rencontre des centaines de personnes..et je me suis decouverte egalement... 3 semaines c'est court pour visiter l'inde...donc tout comme toi je prepare activement mon prochain depart (plutot que prévu...mars 2008 en perspective)...

Voyager c'est un tout...voyager c'est aller a la rencontre de cultures, de population, de traditions...c'est aussi s'adapter...subir...decouvrir....partir...et ton blog m'a prepare pour mon voyage...et m'encourage a partir plus longtemps...tout est possible...sab kuch milega comme dirait les indiens...

bref je ne regrette pas d'avoir ete dirige un jour de juin vers ton blog...et puis tous ces echanges....bref que du bien....

Le fait que tu n'est pas tout dit sur ton voyage est aussi titillant...on aimerait en savoir plus mais si tu gardes une part de mystere c'est aussi bien...

a nous de découvrir et de vivre par nous meme une tel experience....

tu nous a fait partager tes emotions, sentiments, tes aventures et mésaventures...a un certain moment donne...et pendant ton voyage...ce qui etait d'autant plus interressant....

aujourd'hui tu tournes cette première page pour pouvoir en ecrire une autre...donc gardes ta petite part de mystere....et pourquoi pas ecrire un petit bouquin tant qu'a faire. Guide d'un terrien un peu trop pas beaucoup routard.

En ce qui concerne les indiens...mon avis reste mitigé...ils sont portes business certes mais en creusant un petit peu chez certaines personnes tu peux avoir des echanges tres interressants...bref j'aurais beaucoup de choses a dire sur cette populasse qu'on ne peut enfermer dans une "case" tellement ils sont differents et voit la vie differement....

bref tu l'as compris, i love this country et c'est harcelement perpetuel....

il est fort possible que le soni rickshaw de jaipur soit le meme que le tiens....je t'enverrai une photo...ce serait trop drole d'avoir croise la meme personne dans cette immenses ville et d'avoir ete dans le meme hotel...(ou l'on a vu pleins de choses...bizarre...)

bref je m'en va reprendre le boulot tranquillement et te dis bonne continuation dans tes tribulations...

on garde contact....

a plus
fatihette




{ Page précédente } { Page 2 sur 51 } { Page suivante }





en chantier...

Derniers articles

solitudes transibérinnes hors du temps
La mongolie, c'est... D'la poesie !!
Grand froid, me voilà !!!!
Hors sujet (ou presque) : petit voyage dans le temps.
Bienvenue à Ulaanbaatar, Mongolie. La température extérieure est actuellement de -12 degrés, le soleil vient de se coucher et on devrait atteindre les -25 d'ici une heure ou deux. Wouahou !! Vivifiant
J'enfile trois ou quatre pulls, et c'est parti pour la Mongolie... Youpi !!!
Trust me it's hard to leave the Ucool Hostel, Shanghai...
A tale of three (huge) cities in eastern asia PEKIN - HONG-KONG - SHANGHAI
Le train du toit du monde (bis - pour de vrai)
Soit dit en passant (du côté de Shanghaï, China)
Lhasa
Lhasa - Pekin : 4500 km à bord du T28 le train du toit du monde
Huge landslides on the Katmandu to Lhasa route
Un second depart...
Aventure au Nepal part two : Hiking in the God's gardens
Aventures au Népal part one : cycling in Boudhism mood
KATMANDU !!
Varanassi, bout pasend e... Challo Katmandu, kio nai ?
Great Indian desert
Un ptit coucou de New Delhi
Pélerinage - paisa - ...
Ce n'est qu'un au revoir...
LOST IN MYSTIC KALASHA TIME...
Trecks and road-trip in northern areas
Comme un rêve de gamin II...
Toujours au Regale, mais plus pour très longtemps...
EN VACANCES (pour quelques jours) AU REGALE INTERNET INN HOTEL, LAHORE (!)
From the Regale internet Inn Hotel, Lahore
BALOUCHISTAN EXPRESS
Un p'tit coucou planqué de Zahedan...
De la part de MonPapa! From my father !
From Shiraz to Zahedan (Part1/2)
Comme sur des roulettes ! To go like clockwork !
1386 l'annee du rire et de la bonne humeur perse !
Norooze J - 3
Fire jumping, fireworks and funny molotov cocktails
Extreme Tehran !
Premier pas en Iran : meet people in Tabriz
Far-east Turkey
DOGU EKSPRESI, porte moi loin d'ankara !
Ankara : Premieres ımpressions (a chaud)
Jour-blanc sur Erciyes Dagi;
Full tourism day in Cappadocia...
Dernière nuit a Istanbul
Flaneries Istanbuliennes
Good Bye Bulgaria, cocasseries ferroviaires, Hi Istanbul...
On the road again...
Aie, aie, aie...
Bansko ski resort in Bulgaria
C'est parti !
avant le départ : Les enfants de Don Quichotte

Menu

sublastart ! (Salut les potes !)
Les enfants de don quichotte
ABM : l'asso des globe-trotteurs
Les fermes bio worldwide : WWOOF
Votre empreinte ecologique
Hotels bon marche worldwide
Conseils de la diplomatie francaise
LE foum du voyage (francophone)
Hospitalıty Club
SOYEZ JOZé BOVé !!
Rencontres a Istanbul : ce couple fait le tour du monde a velo tour.tk
Waterworldwide : Le site d'adrien le french routard
Le blog de mon pote Yann a Auroville


Newsletter

Saisissez votre adresse email